Haïti a été la première nation à interdire définitivement l’esclavage

0
70

Les manifestations mondiales en faveur de Black Lives Matter ont systématiquement mis à nu l’héritage de l’esclavage et du colonialisme aujourd’hui.

Ce mouvement a mis beaucoup de monde sur la défensive. Les Blancs n’hésitent pas à vanter des histoires d’abolition, soulignant la voie tracée courageusement par les puissances impériales comme la Grande-Bretagne et la France. Ils diminuent les réalités et les conséquences de l’esclavage et du colonialisme en exigeant leur gratitude pour avoir mis fin aux mêmes systèmes violents qu’ils avaient précédemment mis en place.

Ces récits sont historiquement inexacts. Ni les Français ni les Britanniques n’ont été les premiers à abolir l’esclavage. Cet honneur revient plutôt à Haïti, la première nation à interdire définitivement l’esclavage et la traite des esclaves dès le premier jour de l’existence de cette Nation. Les actes audacieux des Haïtiens pour renverser l’esclavage et le colonialisme se sont répercutés dans le monde entier, forçant les pays esclavagistes comme la Grande-Bretagne et la France à se retrouver face à face avec les contradictions de leur propre «illumination». Beaucoup aimeraient maintenant oublier ce calcul.

À partir de 1697, Haïti était une colonie française avec le nom de Saint Domingue. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, c’était la colonie la plus riche du monde, exportant du sucre, du café et de l’indigo vers la France. Les hommes, femmes et enfants réduits en esclavage ont produit cette richesse sous un système d’esclavage incroyablement violent, réglementé et légitimé par le Code Noir de Louis XIV . Le taux de mortalité parmi les esclaves était si élevé que les Français importaient constamment de nouveaux captifs pour travailler dans les plantations. Pendant toute cette période, environ les deux tiers de la population asservie étaient nés en Afrique.

En 1791, les esclaves des plaines sucrières du nord de Saint Domingue se sont soulevés dans une rébellion coordonnée pour détruire l’esclavage français. Cela enclenché l’événement ayant duré 13 ans qui est connu sous le nom de Révolution haïtienne. En 1793 , les rebelles se sont libérés en forçant les commissaires coloniaux à abolir l’esclavage dans toute la colonie. La colonie a ensuite envoyé une délégation à l’Assemblée nationale française pour convaincre le gouvernement français d’abolir l’esclavage dans tout l’Empire. «La Convention nationale déclare que l’esclavage des nègres dans toutes les colonies est aboli, en conséquence, il décrète que tous les hommes, sans distinction de couleur, vivant dans les colonies sont citoyens français et jouiront des droits garantis par la constitution », a écrit l’Assemblée. C’était la première abolition de l’esclavage en France, une concession offerte pour conserver la précieuse colonie au sein de l’Empire. Mais ça ne durerait pas.

En 1799, Napoléon Bonaparte s’établit comme Premier Consul de France et se décida à freiner l’autonomie croissante de Saint Domingue sous l’autorité du chef révolutionnaire et gouverneur colonial Toussaint L’Ouverture, qui publia la constitution coloniale de 1801 qui «abolit à jamais» l’esclavage.

Bonaparte envoie une armée pour remettre Saint Domingue à l’ordre colonial. Son beau-frère, Charles Leclerc, a dirigé l’effort d’expulsion de L’Ouverture et a mené une «guerre d’extermination».

«Voici mon opinion sur ce pays», écrivait Leclerc dans une lettre à Bonaparte le 7 octobre 1802 «nous devons détruire tous les Noirs des montagnes – hommes et femmes – et n’épargner que les enfants de moins de douze ans. Nous devons détruire la moitié de ceux des plaines et ne pas laisser une seule personne de couleur dans la colonie qui a porté une épaulette.

Et ainsi la première abolition française s’est terminée rapidement. Le retour de Bonaparte à l’ordre colonial inclut l’esclavage et, en 1802, il rétablit l’esclavage dans les autres colonies françaises des Caraïbes. Mais les rumeurs selon lesquelles la France rétablirait l’esclavage à Saint Domingue ont déclenché la guerre pour l’indépendance haïtienne en octobre 1802.

Un peu plus d’un an plus tard et sous le slogan «Liberté ou la mort», Jean-Jacques Dessalines a mené l’armée révolutionnaire à la victoire. Le 1er janvier 1804, Dessalines a proclamé l’indépendance haïtienne , promettant que les Haïtiens «assureraient à jamais l’empire de la liberté dans le pays qui nous a donné naissance; nous devons nous emparer du gouvernement inhumain qui nous a longtemps maintenus dans la torpeur la plus humiliante, tout espoir de nous rendre en esclavage; il faut alors vivre indépendant ou mourir. »

Dès le premier jour de son existence, Haïti a interdit l’esclavage. C’était le premier pays à le faire. L’année suivante, Haïti a publié sa première constitution. L’article 2 stipulait: «L’esclavage est aboli à jamais.» En abolissant l’esclavage dans son intégralité, Haïti a également aboli la traite des esclaves, contrairement à l’approche en deux étapes des nations européennes et des États-Unis.

Lors de l’initiation des révolutionnaires à Saint Domingue, la France avait aboli l’esclavage, mais elle l’a rapidement rétabli et relancé la traite des esclaves en 1802. Les Britanniques, dont beaucoup vantent leur rôle de premier plan dans l’abolition, ont aboli la traite des esclaves en 1807, mais n’en ont publié la Loi sur l’abolition en 1833 et a continué à asservir les gens dans les Caraïbes jusqu’en 1838. Et même alors, la Loi sur l’abolition a été également stimulée par une rébellion majeure en Jamaïque en 1831-1832.

Les Haïtiens, en revanche, ont forcé l’un des empires européens les plus puissants du XVIIIe siècle à abolir l’esclavage, puis ont protégé cette abolition en déclarant leur indépendance. Les révolutionnaires haïtiens ont été les architectes de l’abolition de la France en 1793 et ​​94 et ils ont fondé un État abolitionniste dans les Amériques en 1804.

Un soutien global de Black Lives Matter doit reconnaître et célébrer l’histoire des Noirs et son rôle fondamental dans le façonnement du monde moderne, y compris l’abolition de l’esclavage. En faisant taire Haïti et en effaçant son rôle critique dans l’histoire moderne, les nations euro-américaines ont été en mesure de revendiquer le droit de se vanter des abolitionnistes plutôt que de compter avec leur participation séculaire à l’esclavage atlantique et seulement des décisions lentes et réticentes pour y mettre fin, suite aux demandes de les noirs.

C’est pourquoi Haïti doit être au centre de toute conversation sur l’abolition de l’esclavage. Les Haïtiens ont défié toute attente et se sont battus courageusement pour leur liberté; personne ne le leur a donné.

Julia Gaffield, PhD (she/her)
Associate Professor
Department of History
Georgia State University


Traduit de l’anglais par Patrick SAINT-PRÉ

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here